• NOT JUST A PRETTY FACE

    Des livres, des articles, des activités culturelles qui nourrissent notre cerveau

     

    Here you will find books, articles and cultural activities that nourish the brain.

    Women who read are dangerous.

  • #GIRLBOSS

    Sofia Amoruso, 32 ans, fondatrice de Nasty Gal, un site de vêtements en ligne, 280 millions de dollars, auteur du best-seller #GIRLBOSS.

    Elle est partie de rien et n'arrête pas son ascension; on l'admire et on s'inspire de son histoire.

     

    Sophia Amoruso, 32 years old, founder of Nasty Gal, an online shop, worth $280 million dollars, author of the best-seller #GIRLBOSS.

    She started from nothing and is far from being done. We admire her and find inspiration in her story.

    #GirlBoss: le guide de entrepreneuriat féminin.

    Sophia Amoruso n'était pas forte en maths. Elle n'a pas fréquenté les prestigieuses universités dont sont issus la plupart des patrons de la Silicon Valley. Pour tout vous dire, Sophia Amoruso était même un cancre, plutôt porté sur les fêtes et les copains que sur les études dont elle décroche à dix-sept ans pour mener une vie de patachon. Mais, après un petit boulot mortifère et quelques déboires avec la police, Sophia décide de mettre le paquet sur son passe-temps favori : dénicher des vêtements vintage dont elle habille ses copines pour en « faire des looks » postés sur les réseaux sociaux. Les commandes pleuvent. Huit ans plus tard, Sophia Amoruso génère 74 millions d'euros de revenus sur son propre site de vente en ligne, Nasty Gal. Ou comment une adolescente rebelle est devenue une femme d'affaires de trente ans à la tête d'une entreprise de plus de quatre cents personnes.

    Sophia Amoruso est née en 1984 à San Diego. Elle n'a que vingt-deux ans et aucun diplôme lorsqu'elle lance Nasty Gal, une e-boutique de vêtements vintage. Véritable visionnaire de la vente en ligne, elle est en passe de devenir une icône culturelle, qui, partie de rien, est parvenue à fonder un empire.

    Dans #GirlBoss, elle révèle la manière dont elle s'est imposée en tant que femme d'affaires et distille de précieux conseils à toutes celles qui souhaitent prendre leur vie en main.

    #girlboss radio

    On each episode of the podcast, Sophia interviews world-class Girlbosses who have made their mark in creative, cultural, and business ventures to extract solid advice from the lessons they've learned along the way.

    Expect hilarious co-hosts and conversations you won't hear anywhere else.

    On this podcast Sophia hopes to humanize the known, champion the unknown, and, well, laugh a little about the absurdity that is life.

    NASTY GALAXY: her new book

    Highly graphic and visual, filled with illustrations, photos and short essays, Nasty Galaxy is part scrapbook, part inspo-journey, with moments of frivolity scattered throughout. Tactical and entertaining, envelope-pushing and conventional, surprising and refreshingly straightforward, Nasty Galaxy is a dive into Sophia’s philosophies on work, relationships, balance, friendships, and more. It is a celebration of her roots in vintage clothing, punk attitude, fringe characters, and don’t-give-a-fuckthought leadership.

    Nasty Galaxy is Amoruso’s newest life bible, approaching style, music, philosophy, and advice in the same way #GIRLBOSS approached business—unconventionally.

    Oversized and in full color, this is the newest, coolest, must-have accessory.

  • PODCAST

    Women's power, les nouveaux féminismes.

    Le 26 août, s'achevait le dernier volet de l’émission de France Culture "Les Grandes traversées " sur le nouveau féminisme.

    "Une cartographie des luttes et des pensées féministes, sur le terrain, dans les universités, en politique et sur internet, pour comprendre les acquis et le enjeux d'avenir d'un mouvement, pluriel, vivant et métissé, situé au cœur des transformations sociales que nous vivons."

    Image: Favianna Rodriguez

    Elles sont filles d'Olympe de Gouge et d'Angela Davis, de Simone de Beauvoir, de Judith Butler, de Virginia Woolf ou d'Audre Lorde. Depuis la révolution française, leurs aînées ont conquis peu à peu des fonctions qui furent longtemps réservées aux hommes, puis le droit à disposer de leur corps. Pourtant, en 2016, les femmes gagnent moins que les hommes et réalisent la majorité des tâches domestiques, avorter est encore tabou, la révolution sexuelle n'a pas aboutie, l'hétérosexualité reste la norme et tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint. Dans la sphère privée et dans la sphère publique les rapports entre hommes et femmes sont toujours inégalitaires. Alors, les féministes poursuivent leurs luttes pour atteindre l'égalité réelle politique, économique, culturelle, sociale et juridique.

    Les réformistes proposent de changer les lois. Les plus révolutionnaires prônent un renversement total du système. Les abolitionnistes, dénoncent la pornographie quand le mouvement sex-positif veut se la réapproprier. Les féministes post-coloniales articulent les questions de sexe, de race, et de classe et le mouvement queer révèle la multiplicité des catégories sexuelles. Ainsi, traversé par une multitude de courants, le féminisme n'est pas et n'a jamais été homogène. Les grands débats d'actualité le clivent : comme la question du voile, la prostitution ou les mères-porteuses. Beaucoup d'autres sujets, pourtant, rassemblent comme la défense du droit à l'avortement, la lutte pour l'égalité salariale, pour l'éducation à la sexualité, contre le viol, les violences conjugales ou le harcèlement sexuel.

    Cette grande traversée vous propose d'écouter la diversité du mouvement féministe. Écouter ces militantes, chercheuses et féministes du quotidien nous parler de travail salarié et de travail domestique, de l'IVG et de la maternité, des violences, des sexualités, du colonialisme. Au fil des documentaires, des archives, des entretiens et des débats, elles nous font découvrir les acquis et les enjeux d'avenir des luttes et des pensées féministes.

    Cliquez sur la photo pour accéder à l'émission

  • Wassila Tamzali

    "Je suis femme, bourgeoise, francophone, féministe et libre penseuse, sinon athée"

    Elle bouscule les féministes des pays musulmans aussi bien qu’occidentaux. Figure de proue du mouvement des femmes au Maghreb, Wassyla Tamzali ose s’attaquer à un tabou de taille : la sexualité sous la loi coranique. Elle dénonce aussi la complaisance des féministes de l’Ouest envers l’islamisme.

    Merci à lagazettedesfemmes.ca pour cette interview sur une militante formidable.

    (accédez au lien en cliquant sur la photo)

  • Michèle Hirsch

    Avocate belge, mère et fan d'art, entre autres!

    Avocate des victimes du génocide rwandais, Michèle Hirsch les a représentées pendant quatre procès à Bruxelles.

    Une des plus belles expériences de sa vie, un combat qu'elle continue aujourd'hui avec son ASBL "Justice et Courage" qui recueille les témoignages des victimes de viol, tant pour les produire en justice que pour aider a remonter la chaine des responsabilités.

    Cliquez sur la photo pour accéder à l'article du Vif Express

    Photo: Debby Termonia

  • Chimamanda Ngozi Adichie

    La féministe rayonnante: auteure notoire, activiste et femme avant tout.

    découvrez ci-dessous l'article lemonde.fr sur cette femme qui a travers ses ouvrages et ses interventions n'a pas fini de nous impressionner.

    Nous sommes tous des féministes: le pamphlet.

    «Partout dans le monde, la question du genre est cruciale. Alors j’aimerais aujourd’hui que nous nous mettions à rêver à un monde différent et à le préparer. Un monde plus équitable. Un monde où les hommes et les femmes seront plus heureux et plus honnêtes envers eux-mêmes. Et voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement.»

    Chimamanda Ngozi Adichie aborde le sujet controversé du féminisme avec lucidité, éloquence et humour.

  • Charlize Théron

    Son combat pour la lutte contre le SIDA.

    Le 20 juillet dernier, elle nous a offert une importante réflexion sur le sujet à la 21e conférence internationale sur le SIDA, à Durban, Afrique du Sud.

    "Nous n'avons pas encore éradiqué cette épidémie car nous valorisons certaines vies plus que d'autres. Nous accor­dons plus d'impor­tance aux hommes qu'aux femmes, à l'amour hété­ro­sexuel qu'à l'amour homo­sexuel, à la peau blanche qu'à la peau noire, aux riches qu'aux pauvres et aux adultes qu'aux adoles­cents.

    Je le sais, car le SIDA ne discri­mine pas par lui-même. Il n'a aucune préfé­rence pour le corps noirs, pour le corps des femmes, pour le corps des homo­sexuels, pour les jeunes ou pour les pauvres. Il ne cible pas les gens vulné­rables ou les oppres­sés, ni ceux dont on abuse. Nous le faisons : nous trans­for­mons les vulné­rables, les oppres­sés et les abusés en cibles. Nous les igno­rons, nous les lais­sons souf­frir, puis nous les lais­sons mourir. "

  • Les mères au travail, un combat loin d'être terminer

    La naissance d’un enfant est un moment charnière dans la carrière d’une femme. Pour défendre leur place des griffes d’une concurrence féroce, certaines mères renoncent à leurs acquis parentaux

    Merci www.letemps.ch pour cette article malheureusement encore pertinent.

    Cliquez sur la photo pour accéder au lien

All Posts
×